J'aime me promener. Je passe beaucoup de temps à flâner. La flânerie est peut-être mon activité favorite ou simplement la plus fréquente.

Qu'est-ce que je fais dans la vie ? Je flâne. Je me laisse porter par ce qui se présente, les paysages, les lieux, les silhouettes, les formes, les visages, les images, les sons, les bruissements, les chuchotements, les effluves, les parfums, les ombres, les éclats de lumière. Je suis une plaque sensible.

Cela n'a rien de confortable (ni d'admirable !). Mais je m'y touve bien dans cette flânerie. Mon esprit vagabonde aussi, mais ça, personne n'est censé le savoir. Je suis le fruit d'une hybridation entre un escargot et un papillon, je ne pèse pas lourd.

J'aime particulièrement les chemins de traverse, les petits ruisseaux, les artistes "mineurs" ou peu connus, les petits détails, les saveurs délicates, les voiles légers, les hésitations, les esquisses.

Et c'est ainsi qu'il m'arrive de me retrouver dans des endroits dont je sens qu'ils sont enchantés.  Parmi eux se trouvent, par exemple, la forêt d'Argonne, le domaine de Chaumont-sur-Loire, le clos d'Orsans. Il y en a bien sûr beaucoup d'autres. Ce peut être un jardin comme celui de Pange en Moselle, un lieu modeste comme la vallée de l'Aire entre Varennes et Grandpré, un sentier comme le " sentier des morts " dans les contreforts du Mont-Aigoual, un grenier, un lieu précis dans telle forêt, un bord de fossé, un arbre, un coin dans une ville, quelle qu'elle soit ; ce peut-être un lieu désert, abandonné, à l'écart.

Il y a des enchantements durables, d'autres non. Ce n'est parfois qu'un instant plus ou moins fugace ou volatil, il n'en a pas moins de valeur.

Tous flânent dans mon esprit, je les y accueille et recherche leur compagnie.